Rencontrez Eline Van Eldere : Responsable de Nobi aux États-Unis

mai, 17th 2022
By: Nobi
Tags:

Quelle est votre impression de New York ?

J’adore. J’ai toujours rêvé de vivre et travailler un jour à la Big Apple, donc je suis on ne peut plus enthousiaste d’y représenter Nobi. Parmi tout ce que New York a à offrir, la chose que j’aime le plus, ce sont les gens. J’ai vraiment hâte de faire en sorte que tout le monde découvre ce que notre lampe intelligente peut faire. Nous sommes au carrefour entre technologie et humanité : le meilleur des deux mondes ! 

Comment sont les soins de santé aux États-Unis ?

C’est assez différent du mode d’organisation de la Belgique, par exemple. Il y a une protection sociale, mais en dehors de cela, les gens ont leurs propres épargnes-pensions, via lesquelles ils essayent d’économiser le plus possible pour pouvoir s’offrir une retraite confortable.

La retraite peut donc être un reflet du statut social ?

Tout le monde peut prendre sa retraite. Mais le standard de vie voulu sera différent pour chacun. Les personnes qui ont la chance d’être assez aisées ont toute une série d’options. Beaucoup de monde aiment le « confort collectif » et passent leurs années d’or dans un « village de loisirs ». Il y a beaucoup de communautés de ce genre en Floride, par exemple, où la majorité de la population est composée de personnes plus âgées. Ces communautés proposent toutes sortes d’activités premium : des piscines aux cours d’aérobic en passant par des clubs de golf. Inutile de préciser que tout le monde ne peut pas se le permettre. 

L’État met-il des installations de soins à disposition des personnes âgées ?

Il y a de nombreuses institutions gérées par le gouvernement fédéral pour les millions d’anciens combattants du pays. Parmi bien d’autres choses, le Département des Anciens combattants propose des soins, des possibilités d’éducation et un soutien familial. C’est un public très intéressant pour nous. Nous espérons d’ailleurs qu’à l’avenir, les résidences pour ces vétérans seront équipées avec des lampes Nobi.

Qu’est-ce qui démarque Nobi des autres appareils de soins aux personnes âgées ?

Outre la tranquillité d’esprit offerte par la lampe, je dirais son automatisation complète. Il n’y a pas besoin d’appuyer sur le moindre bouton pour que la lampe fonctionne. Elle détecte tout ce qu’il faut détecter, sans enfreindre la vie privée. Nous proposons des solutions très concrètes pour des situations très concrètes, ce qui rend la chose très utile et accessible pour le citoyen lambda.

Accessible et abordable ?

Nobi est une très bonne solution pour de nombreux Américains. La lampe offre une combinaison unique de fonctionnalités qui en font une solution tout-en-un extrêmement pratique. Outre la détection de chutes, la détection de fumée et un système de communication efficace, notre lampe intelligente permet aux utilisateurs de passer quelques années de vie de qualité en plus dans le confort de leur domicile ou dans une résidence.

Quelle est votre première priorité ?

Dans l’immédiat, je m’intéresse aux institutions résidentielles : villages de détente pour personnes âgées, maisons de repos, résidences-services. En temps voulu, nous élargirons nos horizons, en explorant de possibles partenariats avec des centres de revalidation et de soins palliatifs. L’objectif des centres de revalidation est d’améliorer les perspectives des patients, par exemple après une opération chirurgicale, alors que la mission des centres de soins palliatifs est d’assurer un confort maximal pour les résidents : dans les deux cas, Nobi peut aider.

Identifiez-vous des tendances liées au fait d’être une personne âgée aux États-Unis ?

Ce pays devient de plus en plus un melting-pot de nombreuses cultures différentes. Cela se reflète dans les tranches plus âgées de la population. Il y a plusieurs maisons de repos qui répondent aux besoins de milieux et confessions spécifiques. Je ne serais pas étonnée de voir apparaître des maisons de repos véganes dans vingt ans !

Dans quelle mesure les personnes âgées prennent-elles littéralement leur ‘retraite’ ?

Le moment et le lieu pour votre retraite sont des choix personnels. Je connais quelques personnes qui ont pris leur retraite à cinquante ans, alors que d’autres attendent d’être dans la soixantaine. Il y a évidemment de grosses différences en fonction des endroits et des personnes à qui vous parlez, mais à New York, il n’est pas inhabituel de voir des personnes âgées prendre des emplois pour personnes retraitées. Je suis allée voir une pièce à Broadway la semaine passée, et nous avons été accueillis par une équipe composée d’environ 35 femmes âgées, en élégant uniforme et avec maquillage assorti, qui ont très poliment scanné nos tickets avant de nous accompagner vers nos places. Cela fait partie des choses que nous voulons garantir, chez Nobi : nous voulons que les personnes gardent du sens dans leur vie, ainsi qu’une bonne autonomie, au fil des ans. 

Avez-vous une personne âgée qui symbolise assez bien vos aspirations, en tant que femme ?

Deux noms me viennent à l’esprit. Le premier est la Belge Paula Marckx, qui a vécu une vie incroyable. En plus d’être une femme d’affaires, une journaliste et une pilote, elle est devenue une militante des droits humains quand elle a estimé qu’il en était de son devoir. Mère célibataire, elle a réussi à faire modifier la législation belge relative aux droits des enfants nés hors mariage. Elle m’a appris à croire en sa force individuelle pour faire une différence dans ce monde.

Je pense ensuite à Ruth Bader Ginsberg. Elle a été la deuxième femme nommée à la Cour suprême et la première femme juive dans une telle fonction. Quoi qu’on pense des décisions qu’elle a prises, ou n’a peut-être pas prises, elle est toujours restée fidèle à ses convictions et est parvenue à harmoniser ses principes en fonction de la situation prédominante, de manière stoïque et pragmatique. Dans ce sens, je pense qu’elle est le parfait exemple d’un leadership positif : un égo bien maîtrisé, des convictions fortes, et un esprit flexible.

On pourrait dire que ces deux femmes sont des symboles de disruption. Vous voyez-vous aussi comme cela par rapport à Nobi ?

L’ironie avec Nobi est que la lampe est intrinsèquement disruptive tout en ne l’étant pas du tout. Elle est juste pendue là, et elle fait des merveilles, mais sans enfreindre la vie privée. C’est vraiment remarquable.

Mon rôle, en tant que vecteur de disruption, consiste à faire en sorte que les bonnes personnes soient au courant de ces possibilités. Le voir n’est pas juste le croire, il faut aussi comprendre que l’avenir pourrait être bien différent grâce à cela. Nous pourrions toutes et tous faire des choix différents et vivre des vies plus épanouissantes grâce à Nobi. N’est-ce pas là une belle disruption ?

Fièrement soutenu par